Partir à New York

La société américaine à l’heure des élections de mi-mandat aux États-Unis

Une étude exclusive IFOP pour le site Partir à New York (partir-a-new-york.com)

Le 8 novembre 2022, des millions d’américains iront voter à l’occasion des “midterms”, ces élections qui interviennent à mi-mandat du président américain et qui visent à réélire les chambres du Congrès des États-Unis.

Alors même que les midterms sont traditionnellement défavorables au président en place, l’impopularité actuelle de Joe Biden va-t-elle jouer contre son camp dans un contexte où les enjeux du scrutin semblent dominés par l’inflation et des thématiques favorables aux Républicains comme l’immigration et l’insécurité ? Les élections vont-elles sanctionner Joe Biden et les démocrates ?

La réponse semble être oui selon les résultats d’une étude menée par l’IFOP auprès d’un échantillon représentatif de 1550 américains, à la demande du site partir-a-new-york.com.

Comme le souligne Hugo Lasserre, Analyste du pôle Politique à l’IFOP, “les prévisions électorales donnent le président perdant au Congrès et pourraient empêcher Joe Biden de gouverner comme il le souhaite”.

Seulement 40% des américains approuvent la façon dont Joe Biden gère ses fonctions de Président

Alors que les élections de mi-mandat sont généralement défavorables au camp du président, ce scrutin arrive dans un contexte où la cote de popularité de Joe Biden ne peut que plomber les chances de ses candidats : à peine 41% des électeurs américains approuvent la façon dont il gère ses fonctions de président, soit nettement en deçà du taux de popularité du dernier président ayant réussi l’exploit de gagner les « midterms » (George W. Bush, 68% en octobre 2002 selon Gallup). 

Avec 50% de mauvaises opinions, le locataire actuel de la Maison-Blanche affiche le même degré d’impopularité que ses prédécesseurs au milieu de leur premier mandat (Donald Trump à 52% en 2018, Barack Obama à 48% en 2010), impopularité qui leur avait valu de perdre leur majorité à la Chambre des députés.

Corollaire de ce manque de popularité, seulement 12% des Américains considèrent que Joe Biden est le meilleur président américain après deux ans de mandat, apparaissant nettement moins apprécié auprès des sympathisants démocrates (26%) que Barack Obama (43%), mais se positionnant devant Bill Clinton (13%).

Et contrairement à un certain discours faisant croire que Donald Trump est perçu comme incompétent, cette étude révèle que le résident de la 5ème avenue à New York est considéré par 25% des Américains comme le meilleur président après deux années de mandat, juste derrière Barack Obama (27%).

Joe Biden apparaît ainsi comme un président en déficit de popularité, et cette vision négative va de pair avec un chiffre alarmant : seulement 33% des Américains souhaitent que le président démocrate se présente à sa succession à la fin de son mandat en 2024. Les plus opposés se trouvent logiquement parmi les sympathisants républicains (85%) mais une part considérable des démocrates déclarent également ne pas souhaiter que Biden se représente en 2024 (44%).

Pour autant, les Américains ne souhaitent pas remplacer le président démocrate par Kamala Harris : 69% s’y déclarent en effet opposés.

Le scrutin des midterms révèle les failles de Biden face à Trump

Cette étude met en exergue un faible intérêt des Américains pour les midterms : seulement 58% d’entre eux estiment qu’il est très important de savoir quel parti remportera le contrôle du Congrès (contre 62% en 2018, -4 points en quatre ans).

Les midterms permettent néanmoins de mieux appréhender l’opinion publique américaine, notamment en s’intéressant aux enjeux prioritaires du scrutin. L’économie apparaît comme la thématique jouant le rôle le plus important dans le vote dans des Américains (pour 81% des inscrits sur les listes électorales), suivi des crimes violents (66%) et des soins de santé (65%). Plus de la moitié des inscrits sur les listes électorales considèrent également comme enjeux déterminants la politique en matière d’armes à feu (56%), l’immigration (52%) ou encore la politique énergétique (51%).
Des clivages importants sont constatés entre les démocrates et les républicains, notamment concernant le changement climatique : 68% des sympathisants démocrates considèrent le climat comme un enjeu déterminant du vote, contre seulement 25% parmi les proches des républicains.

Les enjeux prioritaires du vote se basent sur des sujets où Joe Biden est perçu comme moins efficace que Donald Trump. Une majorité d’Américains considère en effet que Joe Biden gère moins bien que Donald Trump les thématiques liées à l’inflation (59%) et aux problèmes migratoires en provenance du Mexique (51%). Seuls les problèmes liés à la crise du Covid sont perçus comme mieux gérés par Joe Biden (46%) que par Donald Trump (37%).

Le point de vue de Hugo Lasserre, Analyste du pôle Politique à l’IFOP

Cette étude s’inscrit dans une période très importante de la vie politique américaine. Le 8 novembre 2022 se déroulent en effet les midterms, élection centrale aux Etats-Unis, pouvant remettre en cause l’équilibre politique national et empêcher Joe Biden de gouverner comme il le souhaite. Et fait important : les prévisions électorales donnent le président perdant au Congrès !

Riche en enseignements, cette enquête mesure les motifs qui incitent au pessimisme sur les chances de victoire de Joe Biden. Le président américain se trouve en effet dans une situation compliquée, souffrant d’un déficit de popularité. Plus globalement, cette enquête Ifop pour Partir à New York met en exergue une société américaine plus que jamais clivée entre républicains et démocrates, aussi bien d’un point de vue électoral que d’un point de vue plus « sociétal ».

Télécharger la présentation graphique de l’étude

Cet article vous a été utile ?

Recommandez-le en lui donnant une note

5/5 - (1 vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.